Home > Campagnes solidaires > n° 349 - avril 2019
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 349 - avril 2019
Editorial Sommaire
Dossier
Archives

Dossier

Plaidoyer pour les petites fermes


Les dossiers sont disponibles en téléchargement trois mois après parution [voir dans la rubrique ARCHIVES]

En France, nous avons la chance d'avoir une société civile active et mobilisée sur les questions agricoles et alimentaires. C'est une opportunité dont devrait se saisir la puissance publique pour mettre en place des politiques répondant aux attentes des citoyen.nes, surtout qu'ils en sont aussi les financeurs… Ainsi, concernant les petites fermes, selon un sondage réalisé début 2017 par l'Ifop, on apprend que 64% des personnes interrogées pensent que les petites fermes sont mieux adaptées pour produire une alimentation de qualité, créer des emplois et respecter la nature. Pour 91% des enquêté·es les petites fermes sont nécessaires pour l'avenir de notre agriculture et de notre territoire. Et 89% sont favorables à un soutien spécifique accordé à ces fermes.

Ces résultats peuvent ne pas plaire à celles et ceux qui persistent à penser que les petites fermes sont un boulet pour la compétitivité de notre agriculture. Mais les chiffres sont là et  correspondent à une conviction intime. D'ailleurs, l'agroalimentaire industrielle lui-même utilise pour vendre ses produits l'image de l'agriculture qu'il fait disparaître, et notamment celle des petites fermes.  C'est bien le signe que la petite ferme évoque une idée positive de l'agriculture. Le sondage ne fait que confirmer ce phénomène.

Les petites fermes sont plébiscitées parce que la grande majorité de la société est convaincue qu'elles sont une réponse aux enjeux de l'agriculture et des territoires ruraux. En plus de leurs productions et proportionnellement à leur taille, elles font vivre des actives et des actifs plus nombreux, ont une diversité culturale plus importante, plus d'infrastructures agroécologiques et davantage de valeur ajoutée par unité produite… Elles occupent souvent des espaces difficiles qui, sans elles, seraient abandonnés. Elles sont vecteurs de cohésion sociale, et souvent le dernier rempart à la désertification rurale.

Il ne s'agit pas là d'un plaidoyer qui dépasse la mesure : il suffit de voir l'état des territoires où il n'y a plus de petites fermes…
La majorité des aides étant liée à la taille, les petites fermes sont loin de percevoir ce qui leur reviendrait au regard de ce qu'elles apportent à la collectivité : c'est profondément scandaleux ! La nouvelle Pac doit rectifier cette injustice.

Il faut reconnaître les petites fermes pour mettre en place un dispositif adapté : le nœud de la réponse est là, au niveau de l'engagement politique. Tout le reste est technique, et les outils existent pour traduire la volonté en acte.


Michel Berhocoirigoin
 

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Ariège