Home > Communiqués de Presse > Audition de paysans confédérés à la gendarmerie : l’État ...
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

Audition de paysans confédérés à la gendarmerie : l’État n'a-t-il rien de plus urgent sur le feu ?

17.09.2018

Le 2 décembre 2017, des paysans de la Confédération paysanne de l'Ariège ont participé à une action nationale du syndicat au péage de Pamiers-nord.

Action revendiquée, à visages découverts malgré un froid piquant, les paysans interpellaient alors le gouvernement sur la situation vécue par les éleveurs transhumants pendant la saison d'estive 2017.

La Confédération paysanne s'était fortement mobilisée pour défendre les éleveurs confrontés à la prédation par les loups et les ours. Le vendredi 1er décembre 2017, avec une dizaine de brebis, nous avons investi les locaux de la DREAL* Occitanie à Toulouse. Le lendemain, malgré les chutes de neige de la nuit et le vent glacial, nous étions au péage de Pamiers nord. Nous, manifestants venus de tous les massifs de l'hexagone, avons expliqué nos difficultés et exposé nos revendications aux automobilistes. Tout ceci dans le calme, sans violences ni dégradations. Nous avions alors obtenu des rendez-vous aux ministères de l'agriculture et de la transition énergétique.

Quasiment un an après, nous apprenons que quelques militants ariégeois vont être entendus par les gendarmes, suite à une plainte de Vinci... (La première audition a eu lieu vendredi 14/09 à Varilhes).

Nous estimons que l'urgence n'est pas à la répression des lanceurs d'alertes, mais à donner des solutions efficaces aux éleveurs pour la protection de leurs troupeaux. En effet, comme nous l'avions malheureusement prédit, la saison d'estive 2018 va s'avérer pire que la saison précédente déjà catastrophique, si l'on se réfère aux nombre de dossiers de dommages d'ours reçus à la DDT : au 31 août 2018 ce sont 312 dossiers contre 187 à la même date en 2017. Et la saison n'est pas finie...

Ni délinquants, ni bandits de grands chemins, les paysan-ne-s n'ont leur place ni dans les gendarmeries, ni dans les tribunaux !

À quand des réponses pour une diminution de la prédation sur les estives ?


Contacts :
David EYCHENNE - Co-porte-parole de la Confédération Paysanne de l'Ariège - tél: 06 47 65 08 33
Laurence MARANDOLA - en charge des dossiers montagne et petites fermes - tél: 06 31 66 10 83
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'Ariège